Dans cette chronique, vous retrouverez des trucs naturels pour combattre la douleur « Là où ça fait mal » comme le disait notre vieil ami indien Lakota. Vous en conviendrez, il n’y a rien de pire que d’avoir des bobos qui traînent. Alors, outre vous recommander une consultation à la Clinique Ipsum (il faut bien en profiter pour se faire un peu de publicité), je vous partagerai quatre astuces naturelles à utiliser pour diminuer et enrayer vos douleurs.

1- Est-ce qu’on doit appliquer de la chaleur ou de la glace ? Est-ce qu’on applique de la chaleur après la glace ? Est-ce qu’on le sait vraiment ce qu’il faut faire ?  

Et bien, c’est la question qu’on se fait souvent poser en clinique. On y va d’un principe physiologique assez simple pour répondre à cette interrogation: la douleur est presque toujours provoquée par un processus dit inflammatoire. Ce processus est provoqué par le corps lui-même dans le but de réparer un tissu lésé, combattre une infection, etc. Quoi qu’essentielle à la survie, l’inflammation peut devenir un fardeau à certains moments. Le truc, pour atténuer la douleur causée par ce processus, est d’appliquer du froid. Le froid tend à diminuer toutes sortes de métabolismes, donc, du même coup, il ralentit le processus inflammatoire, entrainant ainsi une diminution de la douleur. Attention! On ne doit pas appliquer de froid pendant plus de 10 mininutes par heure sinon l’effet inverse se produit. L’outil par excellence est un sac de pois congelés qui coûte en moyenne 2$ chez l’épicier.

2- Alors, ceux qui disent de mettre du chaud sont mêlés pas mal ?

Pas tout à fait. Dans certains cas, la chaleur a ses effets positifs, notamment dans des cas de conditions chroniques. On peut considérer qu’une douleur est chronique après 3 mois sans amélioration des symptômes, ni changement dans la condition. À ce moment, la douleur n’est plus nécessairement provoquée par un processus inflammatoire mais peut être causée par une défaillance des structures avoisinantes (raideurs musculaires par exemple). Cela dit, la chaleur aura pour effet d’assouplir les structures trop raides, détendre les tensions et diminuer les douleurs chroniques associées. La même règle du 10 minutes par heure s’impose et on fait bien sûr attention de ne pas se brûler, car en vieillissant les récepteurs de la peau sont moins sensibles à la chaleur.

3 – Un saumon c’est bien, mais deux c’est mieux!

On dit souvent : « Dis-moi ce que tu manges, je te dirai qui tu es ». Ce dicton n’est pas qu’une simple figure de style. Par exemple, en ce qui a trait à la douleur, une alimentation riche en antioxydants et faible en graisses saturées aura un effet bénéfique sur la diminution des douleurs (encore par le biais de la réduction de l’inflammation). Une bonne façon de faire est de remplacer les viandes rouges (très riches en graisses saturées) par des poissons gras (les fameux « bons » gras) comme le saumon, les sardines et le hareng. Ceux-ci sont remplis d’oméga 3, un antioxydant puissant et bien connu.

4- Un système nerveux en santé et un corps optimisé !

Le bon vieux dicton ne mentira jamais: « Mieux vaut prévenir que guérir »! N’attendez pas d’avoir mal pour consulter. Un suivi préventif peut éviter bien des maux et d’autres genres de mots… ! Consultez votre chiropraticien, le professionnel par excellence en matière de soins neuro-musculo-squelettiques (plus facile à écrire qu’à prononcer, j’en conviens).

       Votre chiropraticien de famille

       Dr Mathieu Lapointe-Piché, chiropraticien

ipsumfinalcolor

Consultez notre équipe de professionnels
Call Now Button